(Interview) Nouveau Talent : Angélique Renais

 

 

Angélique a 19 ans et réalise des dessins et peintures plus qu’intéressants. Des milliers de personnes suivent ses travaux sur sa page facebook et j’ai donc décidé aujourd’hui de l’interviewer afin d’en apprendre plus sur elle et de déceler de précieuses informations…

 

 

David Braka : Salut Angélique et merci à toi d’avoir accepté cette petite interview ! Alors ma première question est la suivante : depuis quand pratiques-tu le dessin et la peinture?

 

Angélique Renais : Alors, je dessine depuis toujours… Vers mes 6/7 ans, je m’amusais à reproduire les illustrations qui se trouvaient sur mes cassettes vidéos préférées. Et puis c’est vers l’âge de 12 ans que les choses « sérieuses » ont commencées pour moi.

 

 

 

D.B : Ça veut dire quoi pour toi « les choses sérieuses » ?

 

A.R : A 12 ans, ma mère m’a poussée à me donner dans une activité sportive ou bien artistique. J’avais alors choisi le tennis de table, activité qui m’intéressait énormément au collège. Seulement l’état d’esprit là-bas, trop compétiteur, m’y a fait renoncer. Voyant ma tristesse, que je vivais comme un échec personnel, ma mère m’a alors dirigé vers l’Art : elle a pris un rendez-vous chez un maître peintre qui donnait 2H de son temps pour transmettre son savoir à des personnes avides de connaissances et techniques de l’art. Je me suis donc rendu ce fameux 6 octobre 2002 dans son atelier de peinture : c’est alors que vint la révélation, ma Révélation. Le début d’une formidable aventure qui dure depuis sept années à présent !

 

 

D.B : Donc finalement tu as commencé par le dessin pour ensuite, à l’âge de 12 ans, prendre des cours chez un peintre, c’est marrant car j’ai exactement le même parcours !

 

A.R : Ah oui, tiens, comme c’est marrant !

 

 

 

D.B : Tu arrives alors chez ce maître peintre avec tes quelques bases en dessin et ta soif d’apprendre. Raconte-nous ce qui c’est passé sur place, tu as tout de suite commencé à peindre ? Appréhendais-tu la peinture ?

 

A.R : Non, j’ai tout d’abord commencé par le dessin, qui est la base de la peinture (la peinture découle tout naturellement d’un bon dessin selon moi). Je me souviens encore de mon tout premier cours chez « mon Maître » : il m’a alors mis entre les doigts un bout de fusain… je l’ai contemplé, bien en peine de savoir comment l’utiliser ! C’était drôle, j’ai débuté ce jour-là par des dessins d’après nature : carafe d’eau en verre, chaudron en cuivre, pot en terre cuite… Il cherchait à analyser mon niveau, voir si j’avais les bonnes proportions et si j’arrivais à traiter les matières différentes.

Puis j’ai fait un peu d’aquarelle (qui ne m’a pas tellement accroché, je dois l’avouer). Je suis alors passée aux pastels, technique merveilleuse, libre et, un peu sale (j’aimais travailler avec mes doigts, en frottant les pigments sur la page ) !

Puis est venu ma technique favorite : la peinture à l’huile. Allier la matière, une diversité de couleurs infinies… Extraordinaire !

 

Lorsque j’ai débuté la peinture à l’huile, j’ai eu très peur : travailler sur un support autre qu’une page, c’était une grande première ! Se retrouver en face d’une toile blanche dressée devant soi… c’est carrément flippant ! Heureusement que mon professeur était à mes cotés pour me rassurer et m’encourager !

 

 

 

D.B : Tu es donc passée par plusieurs techniques pour arriver à la peinture à l’huile qui t’as vraiment accrochée. Quels ont été les obstacles que tu as rencontré durant tes toutes premières peintures ? Comment les as-tu surmontés ?

 

A.R : J’avais (et j’ai toujours d’ailleurs) des problèmes de justesses dans mon dessin de base. Mon professeur ne prône pas la méthode du quadrillage, qui permet une grande précision, mais préconise plutôt le ressenti libre du modèle à esquisser, avec la « formation de l’œil » comme il dit. C’est vraiment cela que je dois, selon moi, perfectionner.

Plus d’une fois, mon professeur a pris mon morceau de fusain et m’a montré comment m’y prendre pour faire le dessin de base… je pense avoir énormément appris en le regardant tracer de manière sûr ses traits. On apprend pas seulement en faisant, mais aussi en regardant.

 

 

 

D.B : Je suis d’accord avec toi, je pense aussi qu’il faut observer des personnes qui maîtrisent bien les choses, c’est souvent encore plus parlant que des conseils !

Aujourd’hui ça fait donc 7 ans que tu peins. Quelle est ta conception de la peinture ? Autrement dit, quel est ton but personnel lorsque tu démarres une peinture ?

 

A.R : Je pense que mon but premier quand je peins, c’est de m’évader, de lâcher sur la toile mes émotions, bonnes (joie, gaieté, bonne humeur) comme mauvaises (déception, tristesse, colère, voir plus rarement la haine). Tout ce que je fais est avant tout un exutoire. Je pense aussi a l’éventuel ressenti des gens lorsque leurs regards se posent sur ma toile. J’aimerais juste leur faire partager ce que moi j’ai voulu transmettre dans mon tableau.

 

 

 

D.B : Oui effectivement les émotions que l’on tente de faire passer, ce sont pour moi une des clés de notre peinture. Une question que j’aime bien poser : Quand tu peins, sur quels aspects en particulier essais-tu de jouer ? Quelle ambition te fixes-tu avant de commencer ta toile ?

 

A.R : je dirai que je cherche à repousser mes limites à chaque nouveau tableau, voir cours : aussi bien sur la précision que sur les effets (lumière, ombrage, dégradés,)…

 

tableau angélique renais 2 300x254 (Interview) Nouveau Talent : Angélique Renais

 

D.B : Quels serait les conseils/astuces que tu donnerais au niveau technique dans les domaines que tu viens de citer, afin de progresser au mieux ? Je sais qu’on fait les choses de manière assez instinctive lorsque l’on peint mais prendre du recul sur sois-même nous permet de progresser encore plus et de comprendre exactement ce que l’on fait !

 

A.R : Exactement , tu as le mot que je dis à chaque fois: c’est instinctif la peinture ! Ça émane du plus profond de nos entrailles… c’est presque inexplicable !

Je dirai simplement qu’il n’y a selon moi que deux maîtres mots lorsque l’on fait de l’Art : la passion et la détermination. Avec ces deux éléments en nous, tout est possible. Il faut juste ne rien lâcher, jamais !

Au niveau technique je pense qu’il faut un excellent dessin de départ. Sans cela, la peinture ne pourra être juste et collée à la réalité du modèle. Il faut donc passer par une analyse très poussée du sujet : formes générales, ombres, zones en pleines lumières… 

 

 

 

D.B : Je suis totalement d’accord avec toi sur la passion et la détermination. Au niveau technique c’est vrai qu’il faut insister sur l’observation du modèle, chose qu’on ne pense pas souvent à faire de manière approfondie !

Une des dernières questions mais qui a son importance : Qu’est-ce que la peinture t’apporte au quotidien ?

 

 

A.R : Je dirais que celle-ci me procure un bien être, mais aussi une vision personnelle sur le monde qui m’entoure, un monde parfois merveilleux, mais bien souvent égoïste et triste… Alors lorsque ce monde est tel, j’essaie de le rendre un peu plus gai ! Parfois, je voudrais refaire le monde avec mes armes à moi, mes pinceaux !

 

 

D.B : Je pense que ce sont des armes d’une puissance extrême, on ne s’en rend pas toujours compte !

Pour finir : Aurais-tu un petit message à faire passer à tous ceux qui hésitent à se lancer dans la peinture, ceux qui viennent de débuter et ceux qui ont déjà une certaine expérience ? (en bref un petit message à tout le monde !)

 

A.R : J’ai démarré en n’ayant aucune base, seulement une passion, un passe-temps incroyable, un amour pour le dessin. Il ne faut pas avoir peur de se lancer (ou prendre des cours) si l’on est certain qu’au fond de soi on peut se réaliser en créant ! Foncez, vivez cette passion ! En ce qui concerne ceux qui viennent de débuter, je dirai que cela peut parfois être décourageant (notamment en se confrontant au travail des autres)… mais il ne faut pas pour autant rendre les pinceaux ! Dessinez et peignez avant tout si vous en ressentez le besoin ! Pour ceux qui ont déjà une expérience, eh bien… poursuivez votre rêve en vous donnant au maximum !

 

 

D.B : Merci beaucoup pour cette discussion Angélique, c’était vraiment enrichissant de parler avec quelqu’un comme toi, dont le parcours ressemble beaucoup au mien !

 

A.R : De même David, ce fut avec honneur et grand plaisir !

 

 (Interview) Nouveau Talent : Angélique Renais

Les recherches courantes:

  • apprendre à peindre à l\huile (96)
  • comment peindre des roses à l\huile (14)