Appliquez la méthode stoïcienne, jetez tous vos tubes de peintures !

Ah nos chers couleurs, nos chers tubes de peintures à l’huile… Que serions-nous sans vous ? Du rouge de garance, du rouge de cadmium, du rouge vermillon… C’est génial il y en a pleins !

Je ne sais pas vous mais, quand je prends du recul, je trouve que je m’y perdais beaucoup à l’époque où j’avais pleins de couleurs identiques, mais pas si identiques que ça en fait.

En effet, je pensais que plus j’avais de choix dans mes couleurs, dans mes tubes de peintures, plus ma palette allait être variée et plus ma toile serait pertinente, CQFD (ce qu’il fallait démontrer, comme disent les mathématiciens !).

C’est peut-être votre cas aujourd’hui et c’est pour ça que j’ai décidé de rédiger ce petit article.

En réalité, ces 3 rouges différents (pour reprendre cet exemple) sont capables de poser les plus gros problèmes du monde. Quel rouge choisir ? Quel rouge vaut-il mieux mélanger avec du jaune pour obtenir l’orange que je désire ? Et si je mélangeais les rouges entre-eux j’en obtiendrai des nouveaux, et donc encore plus de choix ?

Plus de choix oui et donc plus de contraintes.

Le problème avec tous ces tubes de peintures c’est qu’on se pose milles questions pour parvenir à la couleur souhaitée. On s’y perd. Et la plupart du temps, cette multiplication des couleurs est superficielle. On a l’impression que c’est utile, que toute cette diversité de tubes de peintures nous permet d’étendre notre palette, alors que la vérité est tout autre ; ça ne fait qu’ouvrir des voies qui ne mènent à rien, des couleurs incohérentes entre elles.

J’ai donc essayé de peindre avec seulement un rouge, un bleu, un vert… Un peu comme un stoïcien qui vit heureux avec le peu qu’il a. Et miracle, tout devient plus facile.

Donc, mon conseil du jour : DEVENEZ STOICIENS

Voici mes couleurs actuelles :

  • blanc de titane
  • vert sapin
  • Bleu de phtalocyanine
  • Terre ombre brûlée (le marron)
  • noir d’ivoire
  • Jaune de cadmium
  • Ocre jaune (couleur que je pourrais obtenir par mélanges mais que j’apprécie particulièrement en tube)
  • Rouge de cadmium

    + rouge de garance (Ok je vous avoue ! J’ai deux rouges mais je les considère comme si c’était les mêmes, les deux étant superbes. Je considère donc que je n’en possède qu’un seul, peut importe celui que j’utilise)

Donc, en résumé, il existe deux solutions si vous ne voulez plus vous prendre la tête avec toutes ces couleurs :

  • Soit vous utilisez vos tubes de peintures comme si c’était les mêmes, c’est à dire sans regarder le tube pour savoir quel rouge vous êtes en train d’appliquer (ce que je fais donc avec mes deux rouges, j’attends qu’un des deux soit fini pour n’en posséder plus qu’un).

  • Soit vous appliquez la méthode stoïcienne, vivre avec peu et vivre heureux : vous jetez tous vos tubes de peintures en double ou en triple.

A vos pinceaux, prêt, partez !

Amicalement votre,

David.

Les recherches courantes:

  • terre marron (22)

32 réflexions au sujet de « Appliquez la méthode stoïcienne, jetez tous vos tubes de peintures ! »

  1. Jean-LuK

    Bonjour David,
    En voilà une bonne initiative !
    Il est vrai qu’en envisageant de débuter, on envisage de s’équiper de tubes pour toutes les couleurs que l’on envisage de reproduire … et on ne fait rien !
    Il faut oser les mélanges, mais le néophyte a peur de ne pas pouvoir reconstituer les couleurs qu’il a obtenues une fois. Le plus simple est de se dire que les couleurs sont « relatives », elles n’ont de valeur que confrontaient aux autres, et c’est ces rapports qu’il faut retrouver.
    Bon, grand causeux petit faiseux comme disait ma grande mère, va falloir que je m’y attaque, j’ai déjà la palette de tubes minimale, ne reste plus qu’à trouver le sujet et là ça coince !

    En fait, le Garance n’est pas assez violet ou magenta selon les pratiques.
    Une approche systématique pousserait à utiliser aussi un magenta et un cyan/émeraude, les couleurs primaires en synthèse additive, les couleurs utilisées en imprimerie quadri avec le jaune (et le noir) et qui permettent de reconstituer tant bien que mal une bonne partie du spectre.
    Jean-LuK

    1. David Braka Auteur de l’article

      Hello Jean-LuK,

      Effectivement c’est un piège pour le peintre expérimenté mais surtout pour le peintre débutant ! Du coup il se retrouve perdue et en plus il s’entraine moins à effectuer des mélanges, vu qu’il en a pleins à porter de main, bref c’est un cercle vicieux !

      Si tu as du mal à trouver un modèle il y a ce petit article que j’ai écrit récemment : http://www.apprendre-la-peinture.fr/peinture-a-lhuile-choisir-son-modele-mode-demploi/

      Sois exigent dans ton choix mais n’oublie pas que tes premières toiles seront loin d’être tout de suite parfaites, lance-toi, c’est je pense le plus important !

  2. blandine

    bien dit, moi je n’ai que bleu, jaune, rouge, blanc et noir et je fais mes mélanges moi-même.

    1. David Braka Auteur de l’article

      5 couleurs ! Encore plus forte que moi ^^, je pense que ça doit pas mal te libérer l’esprit !

  3. ricco

    pourquoi dans ce cas ne pas revenir simplement au bleu rouge jaune primaires, un blanc éventuellement mais pas de noir, j’en connais qui ne se servent que de ça ?

    1. David Braka Auteur de l’article

      Oui c’est possible mais personnellement je préfère avec 2/3 couleurs en plus que j’affectionne particulièrement (du style l’ocre jaune, le noir que j’aime bien directement en tube…)

  4. Monique

    Bonjour,
    Je suis depuis dix ans des cours du soir à l’école des Beaux Arts. le premier professeur ne voulait que les trois primaires (Magenta, cyan, jaune) + le noir et le blanc. Le nouveau professeur demande à chaque nouveau travail de nouvelles couleurs. Nous croulons sous le poids des tubes dans nos sacs et bien sûr nous n’avons jamais le bon. Qui a raison ? qui a tort ? Je ne sais pas. Ce dernier professeur a des qualités indéniables et une connaissance des couleurs incroyables, capable de les décortiquer pour en nommer les pigments qui les composent comme un bon musicien trouve les notes d’un violon qui joue dans un orchestre. Alors …..????

    1. Alex

      Bonjour,
      « comme un bon musicien ». C’est un bon point. Je suis percussionniste, et comme on peut l’imaginer, je n’ai pas attaqué directement le quatre baguettes avec des rotations de baguettes très compliqués! Comme tout savoir faire, il faut les bases, et bien les maîtriser. Puis si on a envie, on poursuit dans la création en utilisant de nouveau moyens, de nouvelle rotations de baguettes, de nouvelle COULEURS !
      Seulement avec peu de moyen, on peu faire des choses extraordinaires et très intéressantes! les minimalistes du 19 ème ne diront pas le contraire (économie des moyens, de matière, de forme…)
      Je pense que 3 couleurs primaire sont largement suffisantes! Et pour ne pas tomber dans le fauvisme, c’est bien de rajouter un peu de blanc ou un peu de noir!
      Ce qui est important, ce n’est pas les moyens, c’est ce qu’on en fait.
      Tes deux professeurs on surement raison tout les deux, et personne n’a tort! Il faut seulement comprendre leur démarche, puis adhérer, ou pas! =)

      1. David Braka Auteur de l’article

        Je suis d’accord avec toi Alex, bien que un faible nombre de tubes de peinture permet de vraiment recréer toutes les couleurs, donc au final pas besoin d’en rajouter, même quand on a évolué !

    2. David Braka Auteur de l’article

      Ton professeur doit être rudement bon, je n’en doute pas ! Mais comme tu le dis toi même, ça complique pas mal les choses au bout du compte.
      Et je pense que pour être pleinement absorbé par notre sujet, il faut éliminer toutes cette multitude de couleurs superficielles, qui sont un peu comme des distractions sans grand intérêts au final

  5. Clavil

    Bonjour David,
    J’apprécie toujours autant ton blog, c’est un bel outil ; félicitations !

    Je suis bien trop radin pour jeter ce que j’ai acheté ‘cher) ; mais je vais essayer l » difficile exercice de n’utiliser que les trois primaires et tenter de créer les autres teintes …

    Dis à tous tes lecteurs de m’apporter leurs tubes de peinture, je les jetterai moi-même ! peut-être …

    La solution serait de n’exposer, comme l’a fait C Twombly, uniquement des toiles blanches.

    Cordialement

    1. David Braka Auteur de l’article

      Salut Clavil,

      Tu n’es pas obligé de les jeter si ça te rassure, tu peux simplement les mettre de côtés ^^ (et puis le vrai gâchis serait de continuer à s’embrouiller avec pleins de tubes de peinture)

  6. Somk

    Il y a qd meme une precision qu’il faudrait apporter :) Parle-t-on de simplification de palette, travailler avec moins de couleurs et jouer sur les juxtapositions, textures et transparence pour en revenir a une elegance de peinture et une homogeneite dans les differents tableaux… ou parle-t-on de revenir a une palette de base pour ensuite faire nos propres couleurs (et ceci quasiment a l’infini avec ttes les varietes possibles).. 2 sujets totalement opposes m’est avis :p
    Cela semble etre le premier vu la legere allergie aux melanges qui se degage de l’article XD

    1. David Braka Auteur de l’article

      C’est surtout par rapport à la simplification de la palette comme tu le dis qui nous permet ensuite de réaliser tous nos mélanges sans s’embrouiller !

  7. ricco

    parfois, n’exposer que des toiles blanches serait une bonne idée !!
    quand à la synthèse additive, elle ne nous intéresse pas, de par ma formation, je connais parfaitement la synthèse soustractive, photo imprimerie etc…
    mais c’est le genre de propos qu’il ne faut surtout pas avoir avec des peintres, tu deviens un hérétique, parler de magenta et cyan est une offense impardonnable, même si on vend des tubes sur lesquels c’ est écrit, c’est une sorte d’insulte, je ne sais pas si vous avez déjà essayé, mais ça passe pas
    du reste, chez les imprimeurs, ils te parlent du rouge et du bleu, seul le jaune échappe au pb, vu que c’est pareil
    comme je dis, moi, je sais que ma palette va aller en se simplifiant, en revanche quelques tubes de couleurs transparentes seront bienvenus
    et j’ai commencé il y a peu en fait avec un jaune un  » bleu primaire , un rouge primaire  » un noir un blanc en acrylique, et je pense aussi que de commencer en acrylique est une erreur.
    forcément que ça coince avec les peintre, ils te disent que de mélanger un jaune et un bleu ça donne du vert, en soustractif ça donne : rien !
    mais c’est question de terminologie, le bleu dont on parle en soustractif, c’est du violet pour les peintres et leur bleu, c’est du cyan, mais surtout ne pas en débattre, sous peine de se fâcher, mon prof, ami et peintre m’avait interdit de dire  » cyan »…

  8. Jeanine

    Tout a fait d’accord avec toi car avre les couleurs de base on peut creer toute la variete de couleur souhaitee

  9. ricco

    je pense aussi que ça n’a pas vraiment d’importance, comme au poker, les cartes n’ont pas d’importance, ça dépend de ce qu’on en fait
    beaucoup disent que du blanc dans les couleurs les rend laiteuses, mais ne les éclairci pas, je ne suis pas loin de penser pareil.

    1. David Braka Auteur de l’article

      Je connais cette pensée à propos du blanc, et je suis à moitié d’accord (ça me donne même envie d’écrire un article à ce propos, je vais faire ça dans les prochaines semaines !). En fait ce que je fais souvent c’est que je mélange ma couleur (par exemple du rouge) avec du blanc, qui devient alors « laiteuse » puis je rajoute ma couleur (du rouge) à ce mélange jusqu’a obtenir l’effet voulu.
      Au final la couleur « laiteuse » n’est qu’une étape pour obtenir une couleur lumineuse !

  10. Emilie

    Pour ma part, j’ai toujours utilisé le rouge le bleu le vert et le jaune et parfois un peu de blanc, et je suis arrivée à créer des couleurs magnifiques.

  11. stella maris

    Après avoir fait le cercle chromatique avec les couleurs primaires, secondaires, et avec l’addiction de noir et blanc on est capable de découvrir l’immense variété de couleurs obtenues à partir jaune, bleu, rouge, blanc et noir. Maintenant, ma palette est plus variée et j´ai des tubes de peinture moins!!

    1. ricco

      je suis bien d’accord, et si on regarde les anciens, leurs tableaux ne manquaient de rien et ils étaient loin d’avoir autant de couleurs que maintenant, ils utilisaient ce qu’ils pouvaient, il n’avaient pas la ressource énorme de la chimie d’aujourd’hui

  12. ricco

    malheureusement, je ne sais pas bien utiliser le  » glacis  » mais moi si je mélange du rouge à du blanc, j’ai pas un rouge léger mais un rose ( pour qui peint des roses, ça peut aller !!) le coup de mettre du blanc et ensuite remettre du rouge, explique parce que je ne pige pas le truc ?
    sinon, pour les rouges, je suis assez d’accord, j’en ai quelques uns, vu qu’il y avait une bonne promo, j’aurais certainement pu tous les recréer, sauf les vermillons, là, l nature du pigment est plus délicate à retrouver, étant entendu que ça dépend encore de ce qu’il y a à côté
    créer des couleurs magnifiques, moi je te crois, saut que je ne les voie pas ?

  13. houda

    je pense que c’est un sujet très important!! c’est vrai moi aussi je suis toujours troublée quand je dois choisir une couleur devant la grande variété des tubes, toujours hésitante dans mes choix, et enfin je perd beaucoup de temps pour décider laquelle je vais choisir!!et voilà donc la solution, même si elle paraît difficile, je dois jeter mes tubes, et garder que les couleurs primaires comme ça je pourrais faire des mélanges moi même, ce serait sans doute amusant, mais pour jeter les tubes, je dois avoir du courage pour pouvoir le faire!je suis sûre que je peux le faire et tout le monde d’ailleurs.Enfin ça fait du bien d’être stoïcien!

  14. ricco

    Salut,
    en général un peintre se fait au fil du temps sa propre palette, il à sa  » couleur  » comme un orchestre a un son, une tonalité qui lui est propre.
    personne non plus n’est obligé de souscrire à cette proposition, moi, je trouve que j’en ai trop dans une gamme et pas assez dans une autre, au début j’ai pas trop fait attention aux couleurs opaques, semi opaques et transparentes, maintenant, j’aimerais avoir quelques couleurs transparentes qui me permettraient de  » rectifier  » une couleur subtilement.
    On découvre et se découvre au fur et à mesure, dans le peinture il n’y a pas de règles, c’est la liberté qui compte pour tes tubes, on fait ce qu’on veut, il n’y a pas de règles, il n’y a pas de prouesses, on fait comme on veut.

  15. *Minie*

    Comme je remonte ton site à l’envers, je m’aperçois que tu as fait un beau billet pour parler des couleurs que tu utilises. Alors ne tiens pas compte de mon message précédent; C’est vrai que l’on se complique bien les choses en achetant X couleurs différentes. Merci pour cet article utile. A bientôt.

  16. Philippe severac

    A l’huile ou pour toute autre peinture de surface je suis assez d’accord pour n’utiliser que peu de tubes.

    Pour ce qui est de l’aquarelle il faut considerer les parametres suivants

    teintant/non teintant/minerale
    lisse /granuleux
    transparent /opaque

    Avoir des combinaisons de couleurs transparentes ok
    pour les opaques c’est un choix de chacun on n’a pas besoin de tous les tons

    mais pour ce qui est d’effets obtenus il est bon de disposer de couleurs minérales et de couleurs granuleuses, cela permet de jouer sur des contrastes de structures et de textures.

  17. Mélissia's Art

    Pour ma part, je resterai toujours très fidèle a mes couleurs primaire, les noir et blanc et terre sienne brulé (parce que c’est chiant de faire le brun soi-même quand même), que je vide comme pas possible, cela fait juste 4 ans maintenant que je commence a utilisé les autres teintes spécifique. En générale c’est prévu quand je travail en grand format, pour évité de trop me ruiné.
    Moi je me rappellerai toujours de mon prof du collège qui m’a tout appris. Quand ils nous donnais nos cours au début de l’année il ne voulait pas qu’on utilise autre chose que les couleurs primaire, afin qu’on puisse connaitre les proportions afin d’obtenir sois-même ses couleurs. Et je pense que c’est tout ce même important de savoir faire ça. C’est quand même vachement utile.

    En tout cas il est vraiment bien cet article, je pense qu’il aidera pas mal de personne débutante :D

  18. ricco

    dans tout ça, il y a du vrai et du contestable, par exemple essayer d’obtenir un vermillon avec les seules primaires, pour les bruns, je trouve que pourtant c’est de qu’il y a de plus facile, on en fait souvent pas spécialement volontairement !
    je pense que ce qui aide les débutants, desquels je suis, c’est expérimenter et travailler, j’ai lu comme pas mal de gens des bouquins là dessus, à part nous seriner  » gras sur maigre  » pour le reste, je me suis parfois demandé si les auteurs avaient tenu eux mêmes un pinceau un jour ?
    ce qui est fréquent, c’est qu’un peintre après avoir constitué  » sa palette  » son assortiment de couleurs favorites, en principe, il reprend les mêmes, peu innovent et surtout restent sur ce qui marche pour eux, c’est la faute des galeristes aussi !

  19. Nicky

    Je suis bien d’accord pour les couleurs ,
    Trop de tubes sont inutiles
    Cependant si on veut du rose il faut bien mélanger le rouge et le blanc loin d’être laiteux!
    Le vert n’est pas vraiment nécessaire car avec
    2 Ou 3 bleus comme l’outremer on arrive a des verts différents !
    Merci David

  20. amandine gilles

    Bravo pour cet article car il est vrai qu’il n’est pas nécessaire d’avoir autant de choix de couleurs. Les grands maîtres avaient peu de choix dans leur pigments et pourtant ils ont réussi à faire de très belles couleurs. Par contre toutes les couleurs ne se valent pas. S’il y a autant de choix ce n’est pas pour rien, s’il y a autant de couleurs c’est que chacune à une raison d’être. Certaines sont transparentes pour les glaçis, d’autres opaques, certains bleus tendent vers le vert, d’autres vert le violet, certaines sèchent rapidement et d’autres lentement, et puis il y a aussi la différence entre la fine et l’extra-fine, etc… Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à lire ces articles :
    http://techniquedepeinture.com/quellecouleurchoisir/
    et également celui-ci :
    http://techniquedepeinture.com/comprendre-les-couleurs-par-les-pigments/

Les commentaires sont fermés.